© 2019 par Sandrine Grimaud Lebeaux

Peintre et graveur, champenoise d’origine, Sandrine vit actuellement à Laval en Mayenne. Diplômée de l’Ecole des Beaux Arts de Versailles, elle est membre de la Maison des Artistes et du collectif Impressions d’Encre en région parisienne.

Au delà de ses expositions individuelles, elle participe à de nombreuses événements collectifs : Salon National des Beaux Arts au Carrousel du Louvre, le 111 des Arts, Art’Expo à la Cité internationale des Arts, Journée de l’estampe Contemporaine de Paris…

En 2019, elle a co-organisé avec le conservatoire de Laval une semaine d’exposition-concerts dans la Chapelle Ambroise Paré autour de ses travaux et participe avec 25 artistes Mayennais au festival du Premier Roman pour illustrer les textes des primo-romanciers.

Elle expose actuellement à l’Espace M, au 13e étage de la Tour Montparnasse à Paris.

Fluidité et suggestion

 

Rivières, fleuves, marais, hortillonnages ont toujours été présents dans ma vie et influent sur mon travail et ma manière de travailler.

L’Eau est omniprésente, elle guide ma main et ma sensibilité !

J’aime la fluidité et la transparence des encres qui laissent voir la trame du papier ou de la toile.

En peinture, je travaille toujours au sol. Je tourne autour de mes toiles, utilisant tour à tour, pinceaux chinois, plumes, calames, branches, feuilles ou mes mains laissant une trace de leur passage, une empreinte sur mes œuvres.

Ce jeu de l’eau et de l’encre laisse une part à l’aléatoire, à l’insondable et à l’inattendu, assumant une certaine non maîtrise, ouvrant de nouvelles frontières entre réalité et imaginaire.

L’imprévu, l’étonnant, l’inopiné s’offrent à moi lorsque je soulève le lange de ma presse et découvre l’impression de l’estampe !

J’aime l’unique, je n’encre jamais mes plaques de gravure de la même façon. Chaque impression est singulière à l’image de mes monotypes « Rivage » et « Rouge ».

 

 

Résilience

 

Ainsi mes thèmes de prédilection sont-ils le cycle de la vie, l’enfance, la solitude et la résilience. Je parle de l’Homme, tantôt secret ou exubérant, clair ou obscur, faible ou puissant, apaisé ou violent.

J’alterne des paysages sans cesse en mouvement et en mutation, dépouillés ou luxuriants. Le mouvement de l’eau, le vent dans les feuilles, les reflets du soleil,  les couleurs changeantes procurent beaucoup d’émotions et d’apaisement. Mes œuvres, toujours résilientes, représentent une barrière contre les agressions du quotidien ou les rudesses de la vie.

Retrouvez Sandrine Grimaud-Lebeaux sur la galerie d’art en ligne KAZOART.

  • Instagram